Redécouvrez l’artichaut de Jérusalem

Les Français connaissent bien ce que les anglo-saxons appellent poétiquement « l’artichaut de Jérusalem », mais sous un autre nom : le topinambour. Pourquoi ce délicieux légume a-t-il été aussi décrié ? « La mauvaise réputation » de Georges Brassens lui va en effet comme un gant. Le topinambour ne faisant pas partie des légumes réquisitionnés par les Allemands durant l’occupation, contrairement à la pomme de terre, il fut donc logiquement très cultivé durant ces années de disette et consommé plus que de raison.
Il mérite bien d’être réhabilité, après ces décennies de purgatoire d’autant plus qu’il cumule les qualités : le topinambour est savoureux, riche en vitamines et passe tout l’hiver dans le potager. Alors un conseil, ne cueillez que le nombre de racines que vous souhaitez cuisiner et laissez les autres en terre, car c’est là qu’elles se conserveront le mieux.
Au fait, pourquoi appelle-t-on ce tubercule « topinambour », alors qu’il est également appelé « poire de terre » ou « truffe du Canada » en Amérique du Nord ? En 1613, plusieurs membres d’une tribu brésilienne furent amenés à Paris pour être présentés à la Cour. Ils vinrent avec quelques exemplaires du tubercule. Les membres de cette tribu étaient appelés les « Topinamboux »
topinambour