ELLE COURT, ELLE COURT LA COURGETTE !

fleur_courgette_blog.JPG

Chaque année, j’attends avec impatience le moment où St Mamert, St Pancrace et St Servais, plus connus sous le nom de Saints de Glace, aient fini de sévir et de refroidir nos belles journées de Mai, pour mettre en terre mes plants de courgette.
Délicatement logés au milieu de BRF ou de tontes décomposées, j’espace ces plants d’environ 80 cm afin d’anticiper leur envie de coloniser l’espace. Pour prévenir les pandémies, j’associe à la courgette deux répulsifs de charme, très efficaces contre les insectes : le souci des jardins ou calendula et les capucines. Je rajoute au voisinage de mes cucurbitacées, des plants de poireaux et d’épinard. Pourquoi me direz-vous, un tel désordre ? Pour avoir une palette chromatique harmonieuse ? Pas uniquement ! Tout simplement parce qu’au contact des poireaux et des épinards, les courgettes qui ont un goût relativement neutre, acquièrent une saveur particulièrement douce et sucrée, qui est inhabituel pour ce légume ! Comme quoi, il faut bien choisir ses voisins !

Ma grand-mère récoltait toujours les courgettes très grosses, de la taille d’une batte de baseball : elle les faisait cuire à l’eau longtemps, et je me souviens qu’elle était obligée d’enlever les pépins à l’intérieur. Cela m’a longtemps dégoûté d’en manger. Aussi par opposition, je ne ramasse que les courgettes fleurs, très fines et tendres, je les mange souvent crues en carpaccio, « al dente » coupées en petits tronçons, en gratin bien caramélisé, ou en tempura.

Le basilic, la coriandre fraîche, le thym, l’ail sont autant de belles associations avec la courgette. Les variétés que j’affectionne particulièrement pour la qualité de leur chair sont la Grisette de Provence et la Gold Rush, courgette jaune extrêmement savoureuse.

Goûtez  bien sûr les fleurs de courgettes    et les courgettes rôties au safran