Tous les articles par p@trick

Amande douce ou amende amère ?

Comme vous le savez, il y a amande et amende.

L’amande douce est  la plus employée en cuisine et en cosmétique. Ensuite, il y a l’amande amère très toxique de part sa teneur en amygdaline, molécule nocive et donc à utiliser avec précaution et …  il y a aussi l’amende avec un e, celle qu’on vous colle sur le pare brise, qui est toujours amère et complètement indigeste, vous en conviendrez !
Nous parlerons donc plus volontiers de la première !

Dans mes souvenirs d’enfance, le chemin de terre qui menait à notre maison était bordé de part et d’autre d’arbres rachitiques à l’écorce tourmentée mais aux feuilles fines et délicates. C’était l’allée des amandiers qui serpentait au milieu des champs de lavande et de sauge sclarée. C’était notre petit coin de Provence en plein milieu du Sud-ouest ! Dès le printemps, les fleurs délicates et odorantes perçaient ces bois laissés pour morts et d’un coup l’hiver était effacé alors même que ces milliers de fleurs blanches donnaient illusion d’un champ de neige !

Amandier « Si la Chandeleur est brumeuse, les amandes seront nombreuses ; quand en Mars il tonne, l’amande est bonne », disent les dictons populaires…

Récoltée fraîche en Mai et sèche dès l’automne, l’amande fait partie depuis la nuit des temps de l’alimentation de base, avec les céréales. A tel point que l’on ne peut séparer sa culture et sa consommation d’avec une culture populaire et une symbolique religieuse très forte, de l’Espagne jusqu’en Inde. Pour ne citer que la sémantique proche de notre culture judéo-chrétienne, on retrouve l’amande sous forme de mandorle auréolant les figures du Christ et de la Vierge en majesté, dans les dragées offertes pour les mariages et les baptêmes. Même les templiers avaient leurs boucliers en forme d’amande !

En Provence, la tradition des treize desserts de Noël subsiste toujours, et là encore l’amande revêt une place de choix avec les nougats noirs et les nougats blancs symbolisant les Rois Mages, avec les Mendiants de Noël, représentant les différents ordres religieux, l’amande personnifiant les Carmes. Belles histoires pour un si petit fruit !

Et si l’amande se déguste, l’huile issue de sa pression était déjà utilisée par les Égyptiennes et les Romaines pour adoucir la peau et prévenir des méfaits du soleil, tandis que la coque de l’amande, brûlée, permettait la fabrication d’un pigment noir précieux, chers aux peintres italiens de la Renaissance.

A essayer, cette recette de la mousse de pomme au lait d’amande, tradition du Moyen-âge, à une époque où l’on substituait volontiers au lait, denrée rare, de l’amande broyée dans de l’eau.

TS Mousse de pomme

Les recettes sont innombrables, de la frangipane au nougat de Montélimar, en passant par la truite aux amandes  ou cette purée de pois chiche-amandes-oseille

pois_chicheWEB

 

 

Purée de pois chiche , oseille fraiche et amande

Ce plat se mange aussi bien chaud en accompagnement d’une viande, que froid en entrée.

pois_chicheWEB

Ingrédients pour 4 personnes :

  • 200g de pois chiches
  • 75 g de purée d’amande bio
  • Jus d’un demi-citron
  • 1⁄2 gousse d’ail
  • 150 g de feuilles d’oseille fraîche
  • 125 g de l’eau de cuisson des pois chiches
  • 100g d’huile de tournesol
  • 50g d’amandes sèches décortiquées

 

Réalisation :

Faites tremper les pois chiches 12 à 24 heures dans l’eau fraîche, puis blanchir 5 minutes dans l’eau bouillante, égoutter et rincer. Cuire les pois chiches dans une casserole en recouvrant d’eau. Lorsqu’ils sont bien cuits (environ 2 heures à feu doux), égouttez en réservant l’eau de cuisson.

Mixez les pois chiches avec 125g de l’eau de cuisson, la purée d’amande, le jus de citron et l’ail pelé. Lorsque la texture est bien lisse, rajoutez les feuilles d’oseille fraîche et l’huile de tournesol petit à petit.

La purée est prête.

Vous pouvez rajouter au moment de servir, des amandes grillées (30 minutes au four à 150°) puis concassées grossièrement avec un rouleau à pâtisserie.

Mousse de pomme au lait d’amande

Au Moyen-âge, on préparait beaucoup de tourtes dites « à étage »avec des pommes et des fruits secs, ainsi qu’un dessert que j’affectionne tout particulièrement : la mousse de pomme au lait d’amande. C’était une douceur que l’on pouvait manger pendant le carême car faite sans matière grasse animale : pas d’œuf, pas de lait ni de crème. Belle façon de contourner les rigueurs de cette période d’abstinence.  De nos ça procure un dessert léger et très peu sucré. Je prépare cette mousse comme une glace. En voici les secrets.

TS

Ingrédients pour 6 personnes :

  • 400 g de pommes acidulées (Lolita, First Kiss par exemple)
  • 100 g de pâte d’amande à 70%
  • 50g de purée d’amande
  • 60g de jus de citron pressé
  • 50g d’amandes grillées et concassées

 

Réalisation :

Lavez soigneusement les pommes. Puis pelez, épépinez et coupez-les en morceaux.

Mixez ensuite les pommes avec la pâte d’amande, la purée d’amande et le jus de citron.

Mettez cette préparation dans une sorbetière et procédez à votre habitude.

Présentez cette mousse en quenelles que vous ferez à l’aide de deux grosses cuillères

trempées dans l’eau chaude. Puis saupoudrez des amandes grillées et grossièrement

concassées. Servez bien frais.

Cette mousse, d’une grande fraîcheur gustative,  et très légère vous laissera beaucoup de saveurs inédites en bouche.