Tous les articles par p@trick

Allez, un peu de vigne maintenant

Au début, il y a eu les chênes truffiers, puis, il y a quelques années le blé truffier, vous savez celui qui pousse au milieu de truffières sur ce sol pauvre où soi-disant rien ne pousse. Et maintenant, comme il restait un peu de place entre les arbres, on a mis de la vigne.

IMAG0129

Bien sûr, avant on avait fait  quelques essais, en 2007, on avait planté quelques dizaines de pieds pour voir comment ça réagissait au contact des truffiers.

Puis,  en 2014 on a planté 500 pieds de Malbec (le cépage local du Cahors), en 2015,  600 pieds de Savagnin (ça c’est plus exotique, ça vient du Jura et ça fait des vins blancs que j’adore).

IMAG0134

En 2016, on saute le pas et on y va pour de bon. Cette semaine on a planté 9500 plants de vigne (en fait presque, il nous en reste 150 à planter car on a été arrêté par la pluie). Et quel cépage me direz vous ? Euh, ben aucun, on a juste planté le porte greffe. Et qu’est ce qu’on va greffer ? Eh  bien, on ne sait pas encore, mais ce qui est sûr, c’est qu’il y en aura plusieurs car on va faire de la complantation comme aime à le défendre Jean-Michel Deiss.

IMAG0135

Orage comme jamais en 30 ans

18 heures 19
Le 16 avril, alors que nous étions au potager en train d’étendre les branches broyées ou  BRF (branches de bois raméaux fragmentés) sur les plants de pomme de terre, un orage violent approche et en quelques secondes des trombes d’eau mêlées de grêlons s’abattent sur nous. Nous nous mettons à l’abri et devant nos yeux un déluge de pluie , de grêle et de vent furieux.16 avril 18h19

La grêle arrive jusque dans la maison par les cheminées, les chéneaux débordent et l’eau s’infiltre dans la maison, on réapprend l’usage des bassines et de la serpillère. Entre le bruit des grêlons sur le toit et dans la maison, le vent, le tonnerre , on n’est pas dénué d’une certaine inquiétude.16 avril 18h20

18h29
De l’autre côté nous apercevons dans le potager le véhicule électrique que nous avons lâchement abandonné. En 10 minutes, les chemins qui descendent de la colline se sont transformés  en ruisseaux  torrentiels et boueux qui encerclent le véhicule et les planches de semis du potager.
La pluie redouble, l’inquiétude aussi.16 avril 18h29

Le lac dont le trop plein passait jusque là  par le déversoir se met à déborder de tous côté d’une belle eau claire qui dévale des champs de blés et des fossés.

16 avril 18h52

18h41
Petit à petit la pluie cesse, le vent se calme mais le lac continue de déborder.16 avril 18h51

IMG_20160416_185818

18h51
Les poules ont les pieds dans l’eau, à notre grand étonnement les planches de semis tiennent bon.IMG_20160416_185522

 

IMG_20160416_185447

19 heures
Pendant plus d’une demi-heure après l’orage, le lac continue de déborder .

IMG_20160416_185719

19h32
Puis, presque soudainement, c’est fini, toute l’eau a été absorbée par le sol.
Pas de boue dans les allées, pas de terre sur les chemins, les champs en face ne se sont pas déversés dans le ruisseau, tout est propre comme la forêt après un orage.

16 avril 19h47

Matin du 17 avril, un soleil radieux pointe sur la campagne toute calme. L’eau est intégralement absorbée, on se promène dans le potager comme si de rien n’était.17 avril 7h56

Alors pourquoi nos champs ne sont pas descendus sur la route ?
Pourquoi la terre n’a pas bouché les fossés ?
Parce que nous ne labourons pas, que nos sols sont toujours couverts par une végétation variée, en un mot nous favorisons la vie du sol et notamment celle des vers de terre qui nous le rendent bien en transformant la terre en une immense éponge pleine de galeries qui pompent littéralement l’eau de pluie, etc, etc, …

Une leçon de plus.

Nuit de Saint-Géry avec Jean-Michel Deiss et Simon Carlier – Restaurant Solides, Toulouse

Nuit de Saint-Géry 20 février 2016
Vins d’Alsace et truffe noire du Quercy Blanc

« Aujourd’hui de partager cette passion avec d’autres passionnés, c’est juste un vrai bonheur. » Simon CARLIER

Continuer la lecture de Nuit de Saint-Géry avec Jean-Michel Deiss et Simon Carlier – Restaurant Solides, Toulouse 

Nuit de Saint-Géry avec Daniel Baratier et Thierry Delabre

Nuit de Saint-Géry 27 septembre 2015
Fête de la Gastronomie
et Cuisine d’automne en Quercy Blanc

Daniel Baratier, chef du restaurant Les Déserteurs Paris 11° et Thierry Delabre (Panadero Clandestino) interprètent la cuisine d’automne en Quercy Blanc avec l’aide et la complicité de Patrick Duler  cuisinier-paysan.

Accompagné de :
Hélène Bassas et Stéphane Deligny Domaine des Hauts de Bonaguil

Continuer la lecture de Nuit de Saint-Géry avec Daniel Baratier et Thierry Delabre