Le restaurant

Ma cuisine

Je fais la cuisine que j’aime manger,  depuis plus de 25 ans,  sans compromis, chaque saison, elle évolue et s’affine.
Elle s’approfondit aussi, pour chaque produit nous allons le plus loin possible dans une quête incessante du goût.  Ainsi, avec le temps, s’est  imposé  l’évidence d’une trilogie irremplaçable du meilleur gout :
la génétique
le mode d’élevage ou de culture
le mode de transformation
Très rarement ces 3 éléments sont réunis dans un plat ou une spécialité gastronomique.

IMG_3765

Cette cuisine s’articule autour de la truffe du Domaine, du porc noir gascon, du foie gras, des légumes et herbes fraiches du potager, des fleurs et autres  graines germées et salades sauvages.


Ce n’est pas une cuisine marketing, elle ne se raconte pas, elle se savoure.
Je l’ai voulue  saine et naturelle, sans fard pour exhaler le meilleur des saveurs. J’espère qu’elle vous procurera quelques moments de grand plaisir.

Du ringard au concept

Depuis  l’ouverture en 1985, nous recevons uniquement sur réservation, il n’y a pas de carte, le menu est préparé spécialement pour vous et  change en fonction de l’inspiration du moment procurée par le potager, une promenade sur le domaine ou autre.
Cette inspiration « du moment » est tempérée sans la brider par la technique et agrémentée des idées de Pascale.
Cette cuisine est le reflet de notre « bibliothèque culinaire ». Elle est en symbiose avec les meilleurs produits d’ici, ceux que je connais bien. Vous ne trouverez pas de produits exotiques ramenés de voyages lointains, de gadgets technologiques ou chimiques, de présentations sophistiquées, mais juste une « cuisine soignée » selon l’expression désuète à présent.
Pendant des années, cette philosophie ringarde n’a pas eu beaucoup d’audience.  Maintenant après les années bling bling de la cuisine moléculaire avec les produits les plus exotiques et les cartes à rallonge, il se trouve que le ringard était avant-gardiste :  dans nombre de restaurants branchés, fleurissent les menus uniques pour table entière, les plats à partager, les tables sans nappe,  la cuisine du potager, les viandes de races anciennes, … bref la recherche du  (bon) goût  au lieu de l’apparence,  … ce que nous pratiquons depuis 1985 !