Le verger potager « sauvage »

Inutile de vous le cacher, j’aime manger ! Bien et bon, de préférence.
Quand j’arpente le potager, si les mains sont à l’ouvrage, l’esprit lui, est dans l’assiette.
Entendez par là que j’aime cultiver pour cuisiner  ….

IMG_1697

Les condiments de l’oubli

A potager vivant, cuisine vivante ai-je coutume de dire ! Laisser faire la nature, explorer ses expressions successives, se laisser surprendre…quoi de plus naturel ? De la feuille au légume, de la fleur à la graine, fraîche ou séchée, tous les goûts sont dans la nature.

Aussi pas de panique si  j’oublie  par exemple de récolter le céleri ou le poireau et que ces derniers montent  en fleurs. La plupart des fleurs de légumes en ont leur goût et sont idéales pour relever une salade d’été ou un plat plus élaboré.
Exotisme et saveur garantis pour ces petites boules détonantes jaunes, blanches ou mauves, qui peuvent s’utiliser comme un condiment.

 Bon appétit potager

Non, les potagers ne prennent pas de vacances en hiver ! Et nous imaginons à tort qu’il ne s’y passe plus grand chose dès la saison des premières gelées. En fait, ils font bien plus que se reposer : le temps est venu pour eux de se nourrir !

Voici donc le menu que je concocte pour bien préparer mon potager à plusieurs mois de frimas : un compost des herbes produites de la tonte et du bois raméal fragmenté (BRF) issu de rameaux broyés.
Avec ces « engrais » végétaux, je  nourris mon potager en carbone, en azote et sa terre s’enrichit année après année. *

Un dernier conseil ? Pour favoriser la biodiversité, je cultive au quotidien le mélange des espèces. Ici, les pelouses de trèfles sont des usines à engrais et les fleurs de soucis côtoient les tomates, poireaux, poivrons, aubergines ou fraises qui seront les matières premières de ma cuisine dès le printemps prochain.  Souhaitons donc bon appétit à nos potagers !