AU BONHEUR DES FÈVES

Gamin, autant dire il y a quelques temps, j’aimais flâner dans les champs et croquer les herbes sauvages. Je découvrais un herbier que les produits phytosanitaires n’avaient pas encore complètement éliminé : la « folle avoine », l’ail et l’oseille sauvages … et par-dessus tout la fève, simple repousse des cultures de l’année d’avant.

De ces expériences de jeunesse m’est resté le goût de faire vivre les fruits dont chaque saison nous fait l’offrande. Ces jours ci, profitant de la belle saison, j’ai plaisir à cueillir et utiliser les jeunes repousses des fèves que j’avais semé l’an dernier. Je ne peux pas les rater, au hasard de mes promenades sur le domaine. Leurs fleurs en forme de clochettes blanches, auréolées d’une perle violacée qui évoque la grâce des orchidées, sont un aimant qui attire l’attention. Elles ont le même goût que la graine fraiche. Je les utilise volontiers dans mes salades, et me réjouis des saveurs qu’elles délivrent en attendant de cuisiner les fèves elles-mêmes, qui peuvent être accommodées à « toutes les sauces. »

Outre son intérêt nutritif et gustatif, la fève est une plante qui a l’avantage d’améliorer les sols, qu’elle fertilise en fixant l’azote. Sa floraison précoce est un régal pour les abeilles et un bonheur pour le potager que ces inlassables travailleuses vont polliniser ardemment.
Présente sur tous les continents, ce n’est certainement pas un hasard si cette plante légumineuse a symbolisé la prospérité dans les galettes que
nous partageons au début de l’année. Partout, depuis l’antiquité, elle a contribué à sustenter tous les peuples et donné lieu à un nombre
incalculable de plats traditionnels. Au Moyen-âge, les fèves étaient la base du cassoulet avant la découverte des haricots venus d’Amérique au XVIème siècle.
Qu’elle soit maraîchère ou fourragère (la féverole), de Nice ou de Séville, la fève nous régale et nous étonne.

La fève peut se consommer crue, à la croque sel, mijotée selon nombre de préparations traditionnelles. Elle est aussi délicieuse en soupe, chaude ou froide et même en sorbet ! On peut aussi l’utiliser en farine, elle apporte toujours à l’organisme des sels minéraux et des vitamines B et C.
Voilà autant de bonnes raisons qui expliquent pourquoi je me suis attaché à cultiver cette plante depuis plus de vingt ans en regrettant que, peut-être « démodée » elle ne soit pas plus célébrée. Pourtant, à la condition d’être cuisinée jeune et tendre, de la faire peu cuire et d’éventuellement lui enlever la peau si celle-ci est trop dure, elle ravira vos papilles.

Issu de ma chronique dans le magazine Terre Sauvage juin 2011